Catégories
Articles Enquête

Les fake news liées à la Covid-19 à l’échelle européenne

Nous avons choisi d’axer notre enquête sur les fausses informations concernant la gestion de la crise de la Covid-19, tant sur l’aspect sanitaire que sur l’aspect économique. Nous souhaitons ainsi montrer en quoi le contexte pandémique favorise la propagation de fake news quant à la gestion des politiques sanitaires des pays européens. Pour ce faire, nous allons présenter une fake news par pays à propos de sa manière de gérer la crise, à l’échelle restreinte de l’Europe. 

Une enquête sur le phénomène de fake news peut se faire sur différentes échelles, car allant de certains événements très localisés à d’autres d’ampleur internationale. Afin de délimiter le cadre de notre étude sur les fake news concernant la pandémie de la Covid-19, nous avons décidé d’observer celles-ci à l’échelle du continent européen. La crise sanitaire est un événement qui impacte le monde entier de façon très hétérogène selon les pays, voire selon les régions au sein d’un même pays. Le continent Européen, et l’Union Européenne qui rassemble 27 des pays présents sur ce continent, constituent une zone d’étude vaste et variée en termes de superficies, de populations, de cultures, de qualités de vie… Nous pouvons donc analyser la diversité des fake news et leur manière d’être traitées, et dans certains cas déconstruites, selon les pays. 

Ainsi, nous avons relevé plusieurs thèmes qui ressortent, comme la mise en place des mesures sanitaires, le degré de restriction de ces dernières, les solutions trouvées, la limitation des jauges, ou encore la fermeture de certains types d’établissements. Au sein de notre StoryMap, nous proposons un comparatif entre la fausse information qui a été diffusée et ce qu’il en est dans la réalité. Il nous semble important de donner les outils nécessaires qui ont permis l’analyse et la démystification de la fake news qui peut être utilisée pour manipuler. Nous détaillerons donc pour chaque pays, non seulement les fake news dont ils ont été victimes, mais aussi le cas de la situation sanitaire et le contexte dans lequel la fake news s’est propagée.

Pour réaliser notre enquête nous sommes partis dans un premier temps sur l’analyse du film documentaire conspirationniste français « hold-up », publié en ligne sur la plateforme numérique Viméo, le 11 novembre 2020. L’analyse du documentaire nous a donné une première base de réflexion que nous avons continué à alimenter au travers d’un brainstorming, durant lequel nous avons référencé les fake news et idées conspirationnistes que nous connaissions et qui circulent sur les réseaux sociaux. À partir de ces réflexions, nous avons défini une piste de recherche plus précise, celle des fake news concernant la gestion de la crise en Europe, relayées par la population française. Enfin, pour élaborer notre StoryMap, nous avons mené trois phases de recherches. La première consistait à référencer une fake news connue, démentie ou décodée, pour chaque pays d’Europe. La deuxième consistait à trouver la source originale de la fake news, et la dernière consistait à trouver cette même fake news relayée sur les médias français, le cas échéant. Nous avons cependant eu quelques difficultés posant des limites à notre enquête. Nous avons pu constater que les moteurs de recherche comme Google, la presse en ligne, et d’autres acteurs tels que l’OMS, mènent un travail de régulation des contenus sur internet pour limiter la désinformation liée à la pandémie mondiale, limitant nos recherches par la suppression de certaines publications, certains articles ou sites en lignes et nous empêchant parfois de remonter jusqu’à la source d’une information. De ce fait, mais aussi en raison de la barrière de la langue, nous n’avons pas été en mesure de trouver des informations fiables concernant certains pays d’Europe.

Notre StoryMap se compose de deux parties, réunissant ainsi 5 catégories de fake news. Dans la partie comprenant les fake news négatives sur la gestion de la crise par les pays, vous trouverez celles au sujet du vaccin et des caractéristiques de la covid elle-même, ainsi que les fake news sur l’implication du gouvernement. Dans la partie comprenant les fake news positives, vous trouverez celles concernant les bonnes actions, les faibles taux de mortalité (liés à une soit disant bonne gestion), ou encore les rassemblements prônant la liberté.

Lucile Baleynaud, Lise Beviere, Julien Biardeau & Mélissa Hunt

Sitographie

AFP France. (2020, 16 novembre). « Hold-up » : les fausses informations sur les mesures prises par les. Factuel.afp. URL : https://factuel.afp.com/hold-les-fausses-informations-sur-les-mesures-prises-par-les-autorites-internationales  

AFP France. (2021, 22 février). Non, l’Italie et l’Autriche n’ont pas levé l’obligation de porter un. Factuel.afp. URL : https://factuel.afp.com/non-litalie-et-lautriche-nont-pas-leve-lobligation-de-porter-un-masque

Arte. (2018, 25 octobre). Désintox. Non, la présidente de la Croatie n’est pas exemplaire. Franceinfo. URL : https://www.francetvinfo.fr/sports/foot/coupe-du-monde/finale-france-croatie/desintox-non-la-presidente-de-la-croatie-n-est-pas-exemplaire_3003025.html 

Banet, R., & D’Astier, F. (2020, 2 septembre). Non, « le remède contre le coronavirus » n’a pas “été trouvé en Italie. Factuel.afp. URL : https://factuel.afp.com/non-le-remede-contre-le-coronavirus-na-pas-ete-trouve-en-italie 

Bas-Wohlert C., & D’Astier, F. (2020, 25 novembre). Non, “une loi sur la vaccination forcée” n’a pas été “jetée à la poubelle” au Danemark. Factuel.afp.
URL : https://factuel.afp.com/non-une-loi-sur-la-vaccination-forcee-na-pas-ete-jetee-la-poubelle-au-danemark 

Bodet, L., & Cozighian, P. (2020, 6 décembre). En Roumanie, la Covid révèle le délabrement d’un système de santé à bout de souffle. France Inter. URL : https://www.franceinter.fr/monde/en-roumanie-la-covid-revele-le-delabrement-d-un-systeme-de-sante-a-bout-de-souffle

Cousin, M. (2020, 10 décembre). Coronavirus au Royaume-Uni : Margaret Keenan, la première Britannique vaccinée contre le Covid-19, visée par une intox. 20minutes.fr. URL : https://www.20minutes.fr/high-tech/2928927-20201210-coronavirus-royaume-uni-margaret-keenan-premiere-britannique-vaccinee-contre-covid-19-visee-intox

De Chalvron, M., & Madini, C. (2020, 20 décembre). Confinement : le Royaume-Uni s’isole à nouveau. Franceinfo. URL : https://www.francetvinfo.fr/monde/royaume-uni/confinement-le-royaume-uni-s-isole-a-nouveau_4227175.html

FactCheckNI. (2021, 4 mars). Just 113 COVID-19 deaths in Northern Ireland since the start of the pandemic?
URL : https://factcheckni.org/articles/just-113-covid-19-deaths-in-northern-ireland-since-the-start-of-the-pandemic/

France 24. (2020, 2 décembre). Le Royaume-Uni, premier pays à autoriser le vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19. URL : https://www.france24.com/fr/europe/20201202-covid-19-le-royaume-uni-autorise-l-utilisation-du-vaccin-pfizer-biontech-d%C3%A8s-la-semaine-prochaine

Le Figaro avec AFP (2020, 08 février). Coronavirus : un réseau de fausses nouvelles démantelé en Hongrie.
URL : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/coronavirus-un-reseau-de-fausses-nouvelles-demantele-en-hongrie-20200208

Le Monde & AFP. (2020, 30 décembre). La Croatie touchée par un séisme mortel de magnitude 6,4. Le Monde.fr. URL : https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/29/la-croatie-touchee-par-un-seisme-de-magnitude-6-4_6064751_3210.html

Leray, C. (2020, 8 décembre). Margaret Keenan, 90 ans, première injectée de la vague de vaccination britannique. Libération. URL : https://www.liberation.fr/planete/2020/12/08/margaret-keenan-90-ans-premiere-injectee-de-la-vague-de-vaccination-britannique_1808001/

Les Décodeurs – Le Monde. (2020, 16 mars). Coronavirus : la fausse rumeur des hôtels de Cristiano Ronaldo transformés en hôpitaux. Le Monde.fr. URL : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/16/coronavirus-la-fausse-rumeur-des-hotels-de-cristiano-ronaldo-transformes-en-hopitaux_6033307_4355770.html

Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. (2021, 1 mars). Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. diplomatie.gouv. URL : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays-destination/italie/

Österreich Werbung. (s. d.). Coronavirus en Autriche – toutes les informations actuelles. URL : https://www.austria.info/fr/informations-pratiques/coronavirus-en-autriche

Robinet-Borgomano, A. (2020, 8 juin). Les États face au coronavirus – L’Autriche et le retour à la « nouvelle normalité ». Institut Montaigne.  URL : https://www.institutmontaigne.org/blog/les-etats-face-au-coronavirus-lautriche-et-le-retour-la-nouvelle-normalite

Seiller, L., & Wittner, F. (2020, 9 avril). En Serbie, l’information victime de l’épidémie de coronavirus. Franceinfo.  URL : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/en-serbie-l-information-victime-de-l-epidemie-de-coronavirus_3885167.html

Sibony, E. (2020, 15 mars). Coronavirus : Cristiano Ronaldo va-t-il ouvrir les portes de ses hôtels aux malades ? Ohmymag. URL : https://www.ohmymag.com/coronavirus/coronavirus-cristiano-ronaldo-va-t-il-ouvrir-les-portes-de-ses-hotels-aux-malades_art134250.html

Sideris, F. (2021, 19 février). Non, une foule monstre ne s’est pas rassemblée en Roumanie contre les mesures sanitaires. LCI. URL : https://www.lci.fr/international/covid-19-coronavirus-non-une-foule-monstrueuse-ne-s-est-pas-rassemblee-en-roumanie-contre-les-mesures-sanitaires-2178815.html

TF1. (2021, 13 février). Cinémas fermés, masques recommandés : la Suède change de stratégie face au Covid-19. LCI. URL : https://www.lci.fr/international/covid-19-suede-cinemas-fermes-masques-recommandes-stockholm-prend-des-mesures-de-restrictions-2178294.html

Thirouard, A. (2020, 9 juillet). En Serbie, des manifestants dénoncent la gestion de la crise sanitaire. La Croix. URL : https://www.la-croix.com/Monde/Europe/En-Serbie-manifestants-denoncent-gestion-crise-sanitaire-2020-07-09-1201104374

Wikipedia contributors. (2021, 23 février). Pandémie de Covid-19 par pays et territoire. Wikipédia. URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pand%C3%A9mie_de_Covid-19_par_pays_et_territoire

Catégories
Articles Enquête

Faire la fête en temps de Covid

La fête : de la norme à l’illégalité

Selon l’anthropologue Emmanuelle Lallement, la fête est « une manière de restaurer un être collectif autour de valeurs communes », dans un temps et un espace donné, « une rencontre avec des formes d’altérité, avec ce qui n’est pas soi, et dans des lieux souvent autres ». 

Avec la crise du covid, les fêtes sont devenues illégales, et les fêtes clandestines se sont ainsi multipliées. Très souvent associées à tort à des free ou à des rave-parties, une soirée clandestine est simplement une soirée qui outrepasse les règles en vigueur. Par définition, les raves sont encadrées et réglementées, elles se déroulent dans des salles de concert et leur prix d’entrée est fixe. Quant aux free-party, elles se déroulent dans des endroits reculés, en nature ou dans des bâtiments désaffectés afin d’éviter la police et il s’agit souvent d’un mouvement qui montre son insoumission face à l’Etat.

Les consignes sanitaires ont connu une évolution depuis le déconfinement de mai 2020 ; un été aux libertés étendues, une rentrée automnale aux restrictions de plus en plus drastiques, puis, entre novembre et décembre, des jauges des rassemblements resserrées pour éviter la propagation du virus. De nombreux rassemblements clandestins ont eu lieu en France, notamment au cours du mois de décembre, comprenant 100 à 500 personnes à Marseille, Strasbourg, Nantes ou encore Joinville-le-Pont dans le Val-de-Marne. Leur clandestinité se trouvait, d’une part, dans le fait qu’il s’agissait d’un rassemblement d’un trop grand nombre de personnes en vue des risques sanitaires, mais aussi car certaines d’entre elles étaient payantes à l’entrée.

         Dès lors, la notion de « fête clandestine » est devenue beaucoup plus large et répandue, comprenant les rave et les free-party, ainsi que d’autres types de rassemblements nocturnes sont compris, peu importe leur symbolique politique ou le genre musical diffusé. 

La fête à l’épreuve de la Covid

La fête est un phénomène universel, c’est une nécessité humaine. En France, et au cours d’une année, les anthropologues ont compté environ 20 000 fêtes en tous genres : évènements historiques, évènements personnels, anniversaires décès, vendanges… C’est un événement de notre quotidien, presque banal. Le confinement a marqué un coup d’arrêt net et brutal dans nos vies et dès lors, la fête devient clandestine, illégale… Et politique. Plus on la place dans la clandestinité, plus elle devient transgressive, moteur de chaos et de revendications. Ainsi, tandis que les célébrations religieuses de Noël ont été autorisées en cercle restreint, le Nouvel An, rassemblement surtout amical et éloigné d’idéologies politiques ou religieuses, s’est vu fortement déconseillé, et limité avec un couvre-feu à 20h. 

“Cette fête qui s’est arrêtée brutalement devient un symbole de tout ce qui est interdit. Cette focalisation que nous avons actuellement sur les fêtes clandestines est d’autant plus intéressante à observer : il ne peut y avoir que du clandestin quand on est dans une sphère où il y a des fêtes décrétées comme officielles.”  Emmanuelle Lallement

C’est alors que la figure du et de la fêtard·e, terme melting pot pour qualifier une personne qui aime faire la fête, devient suspecte, critiquée, dangereuse. D’autant plus aujourd’hui, ou cela renvoie à une personne qui défie les règles en vigueur pour faire la fête. Cela appuie le caractère illégal et clandestin de ces rassemblements dont les participant·e·s sont à blâmer, tels des déliquant·e·s, qui doivent être puni·e·s.

Le traitement médiatique des fêtes clandestines

Ces soirées illégales ont été exposées médiatiquement, mais pas toutes à la même échelle. Si une majorité a été mentionnée dans les médias, deux événements ont particulièrement retenu l’attention.

Pour le nouvel an 2021, célébré sous le couvre-feu à 20h et la limitation des jauges, une rave-party a été organisée à Lieuron en Bretagne. Débutée le 31 décembre, elle s’est terminée le 2 janvier alors que les forces de l’ordre entouraient le lieu. Les teufeurs sont partis sans intervention policière. Les médias ont été tenus en haleine jusqu’au démantèlement, et encore après avec la question des contaminations que cela pouvait engendrer.

Janvier 2021, un autre événement a fait parler : un pot de départ dans un commissariat d’Aubervilliers a réuni plus de 30 personnes sans gestes barrières. Bien que moins conséquente que la fête de Lieuron, cette affaire a fait parler d’elle sur Internet, avec des images virales qui ont été reprises par la presse. À l’origine, le scandale vient du fait que la police n’applique pas les mêmes règles qu’elle contrôle.

En contrepartie, la médiatisation de la rave-party de Lieuron pose encore question : est-ce la durée étendue de son démantèlement qui a fait parler d’elle ? Ou est-ce à cause de la stigmatisation déjà forte des personnes y ayant pris part ? C’est en cela que l’on peut se questionner sur la représentation du.de la fêtard.e dans la société.

Face à cette conception de fête, Emmanuelle Lallement s’avère frappée par le vocabulaire employé : un registre lexical péjoratif, qui souligne le caractère clandestin, qui s’oppose à ce qui est autorisé. De plus, ce registre employé par la presse pour qualifier ces fêtes clandestines culmine souvent à un rapprochement historique de l’époque actuelle avec les temps de la prohibition. 

“Interdire la fête et la décrire à ce point comme quelque chose de transgressif, c’est lui donner une dimension qu’elle n’a presque jamais. On la décrit comme quelque chose de dionysiaque, où les gens s’oublient et dérivent dans une effervescence totale. Comme quelque chose que l’on condamne moralement. Ainsi, on parle des gens arrêtés comme des suspects. La figure du teufeur devient absolument suspecte dans notre société actuelle.”  Emmanuelle Lallement

Claire André, Alex Gentit, Julia Pataillot

Références : 

Fête clandestine dans un commisariat à Aubervilliers : https://www.franceinter.fr/justice/fete-clandestine-au-commissariat-d-aubervilliers-une-enquete-judiciaire-ouverte

« La figure du fêtard devient absolument suspecte dans notre société actuelle »

https://www.franceculture.fr/emissions/affaire-en-cours/affaires-en-cours-du-lundi-14-decembre-2020

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2661111-rassemblement-covid-france-famille-personnes-prive-exterieur-rue-autorise-interdit-6-personnes/

Confinement : 6 questions sur les soirées clandestines https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/confinement-six-questions-soiree-clandestine-qui-rassemble-plus-500-personnes-marseille-1905352.html

Covid et soirées clandestineshttps://www.sortiraparis.com/actualites/coronavirus/articles/239404-covid-et-soirees-clandestines-cinq-arrestations-et-93-verbalisations-a-paris-et-

Covid 19 : après la rave pary en Bretagne https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-apres-la-rave-party-de-lieuron-l-ars-de-bretagne-ne-se-fait-pas-d-illusion-sur-le-respect-des-recommandations-sanitaires_4244395.html

Soirée à Barcelone avec test : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/covid-concert-test-barcelone-public-depiste-1912882.html

Texte de loi et réforme sur les rave-parties : https://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl17-711.html

Encadrement Rave-Party : https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b2358_proposition-loi

Loi entière acceptée au Sénat : https://www.senat.fr/petite-loi-ameli/2019-2020/71.html

Free party : https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/free-party-le-senat-adopte-un-texte-renforcant-les-sanctions-contre-les 

Sénat.fr : Rassemblements festifs et ordre public (ça c’est important) 

http://www.senat.fr/rap/r12-095/r12-0954.html

TedX Emmanuelle Lallement – Le sens caché de la fête 

https://www.youtube.com/watch?v=BrUezgY0h1g.

Articles cairn : 

la teuf comme utopie provisoire : https://www.cairn.info/revue-le-debat-2007-3-page-152.htm 

Une identité collective : les free party – https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2002-1-page-349.htm 

La teuf : ethnographie des soirée débridées – https://www.cairn.info/revue-psychotropes-2009-4-page-41.htm 

Catégories
Articles Enquête

Le vaccin, une invention de Bill Gates ?

De janvier à avril 2020, le New York Times et la firme Zignal Labs ont suivi l’évolution de discours conspirationnistes à la télévision et sur les réseaux sociaux. Cette étude a mis en lumière l’association du nom de Bill Gates aux origines du coronavirus ou il a été mentionné plus d’un million de fois .
 Notre enquête nous amène à nous poser la question des théories conspirationnistes associées au milliardaire philanthrope. De la genèse de celles-ci aux dernières en date, nous allons tenter de comprendre, ensemble, les tenants et les aboutissants de ces théories.

Les théories du complot autour de Bill Gates 

Le sujet de notre étude prend place dès le début de la pandémie de COVID-19 où des théories conspirationnistes ont prétendu que non seulement Bill Gates avait prédit la pandémie actuelle, mais en plus qu’il avait pour but d’injecter une puce via un vaccin contre le virus.

Depuis 2016, aux quatre coins du globe, de nombreux complotistes n’ont cessé de noircir le tableau des folles rumeurs accusant le milliardaire d’avoir planifié la pandémie ou plus simplement de vouloir “contrôler le monde”. Des États-Unis à la Russie en passant par l’Espagne, chaque pays se voit tourmenté par la montée de ces théories obligeant donc les gouvernements à mettre en place des campagnes d’informations sur le vaccin. Des personnages publics, politiques ou encore des inconnus viennent contribuer à la diffusion de ces discours leur donnant donc une plus grande audience. C’est ce dernier point qui nous semble, pour finir, le plus important. L’audience de ces fabulations nous donne de nombreuses clefs de compréhensions sur la réception de ces informations.

Notre Story Map

Notre story map vous permettra d’appréhender et de décrypter les accusations qui ébranlent le cofondateur de Microsoft et sa fondation depuis quelques années.  Le 18 mars 2020, est le premier point d’accroche de notre story map. Bill Gates avait participé à un question/réponse sur Reddit. Suite à une question d’un internaute concernant le maintien de l’économie malgré la distanciation sociale. Bill Gates répondu qu’éventuellement des certificats numériques nous permettrons de savoir qui s’est rétabli ou qui a été testé récemment ou, quand nous aurons un vaccin, qui l’a reçu. La réponse fut rapidement le tour d’internet et des réseaux sociaux.  Le site Biohackinfo publie le lendemain un article titré « Bill Gates utilisera des implants de micropuces pour combattre le coronavirus », qui est partagé 15 000 fois. C’est ici, le début de l’engrenage.

La suite de nos recherches se base sur une analyse par pays, nous montrant ainsi l’interconnectivité géographique qui émane de ces représentations. De par l’engouement qu’il suscite, les théories sont relayées sur l’entièreté du globe. Du Canada, à Bruxelles, en passant par Mockba en Russie ou encore l’Inde, Bill Gates rassemble. 

Cliquez ici pour voir la storymap en grand.

Nos Sources

FRANCE

BUSINESS INSIDER FRANCE – Les vaccins contre les coronavirus ne cachent pas de micropuces, voici ce qu’ils contiennent (Décembre 2020)

OUEST FRANCE – « Le vaccin est là pour sauver des vies » : Bill Gates répond aux théories du complot (Janvier 2021)

CNEWS – Juliette Binoche acuse Bill Gates de mettre des puces de géolocalisation dans les vaccins anti Covid-19 (Mai 2020)

LIBÉRATION – Covid-19 : Bill Gates au coeur des théories du complot (Mai 2020)

LE MONDE – Non, Bill Gates ne veut pas « tuer par les vaccins » (Juin 2020)

BELGIQUE

RTBF (Radio Télévision Belge Francophone) –  Coronavirus et vaccins : quel est le profil de ceux qui croient aux théories du complot ? (Janvier 2021)

ESPAGNE

Perrine Laffon, 7 fausses infos sur le Coronavirus (Juillet 2020)

ÉTATS UNIS

TED Talk, Bill Gates: La prochaine épidémie ? Nous ne sommes pas prêts (Avril 2015)

New York Time – Bill Gates, at Odds With Trump on Virus, Becomes a Right-Wing Target (Avril 2020)

CANADA

RADIO-CANADA – Non, Bill Gates ne veut pas vous implanter une micropuce à l’aide d’un vaccin (Avril 2020)

Agence Science Presse – Bill Gates et les complots: le vrai du faux (Septembre 2020)

Théo BROUSSE, Elora PAWLACZYK, Alexandre QUENTIN

Catégories
Articles Co-interprétation

CoVid et complotisme: une interprétation d’images à l’international

Dans le cadre du cours de Culture et image, notre groupe a mené une recherche d’interprétation de l’image via un groupe de discussion en ligne. La ligne rouge générale et initiale de notre projet traitait du Covid-19, et notre première tâche a été de préciser notre sujet. 

Thème et choix de l’image:

Presque immédiatement, nous nous sommes intéressées au thème du complotisme autour de l’épidémie, et plus particulièrement autour de la campagne de vaccination. Mais les personnes qui soutiennent les théories du complot sur la vaccination ont plusieurs avis différents: association des vaccins à une puce électronique, connexion à la technologie 5G…

Pour trouver des images appropriées, nous avons cherché des sites web qui démystifient les théories du complot, mais aussi les sources utilisées par les adeptes de ces théories : les groupes sur Facebook, et aussi le réseau social russophone Vkontakte. En cherchant, nous avons découvert la chaîne YouTube de Florian Philippot, qui aborde souvent les sujets complotistes dans ses vidéos. Nous avons trouvé intéressantes leurs miniatures (l’image accrocheuse qui s’affiche pour que l’on clique sur la vidéo) : il s’agit généralement d’images éditées sur Photoshop qui soutiennent le thème de la vidéo. Nous avons trouvé intéressant de soumettre l’interprétation d’une de ces images aux participant·e·s de notre expérience.

 

Nous avons donc choisi une vidéo au titre “Vaccin : Comprendre le vrai scandale ! Riposte ! “, avec une miniature qui montre la main gantée tenant une seringue et une ampoule marquée Covid-19, une molécule virale, et l’inscription “Vaccin comprendre le scandale” en majuscules. Cette image est particulièrement intéressante en raison de son ambiguïté : même si elle est censée faire référence aux théories du complot, elle peut aussi être interprétée de manière inverse, en fonction des filtres et biais personnels de chacun des participant·e·s. 

Choix de l’angle de la problématique et constitution du focus-groupe:

La tâche suivante consistait à trouver les participant·e·s de notre focus-groupe. Au départ, nous voulions inviter des personnes partageant les idées des théories du complot ainsi que celles ne les soutenant pas. Cependant, nous avons rencontré quelques difficultés : premièrement, il s’est révélé difficile de les contacter et de les motiver à participer à l’expérience ; deuxièmement, cela aurait pu compromettre l’objectivité, car ils auraient su pourquoi nous les avions sélectionnés ; troisièmement, une conversation entre personnes ayant des points de vue opposés sur une question aussi délicate aurait pu se transformer en une confrontation, ce qui aurait empêché la productivité. Nous avons donc décidé de changer le principe de composition du focus-groupe en invitant plusieurs étudiant·e·s, de nationalités différentes, à participer. Cette décision est due au fait que l’une d’entre nous est une étudiante internationale, et pendant les séances d’interprétation commune avec notre professeur, nous avons remarqué qu’un contexte culturel différent changeait sensiblement l’interprétation des images. Nous avons donc émis l’hypothèse que plusieurs personnes de différents pays pouvaient apporter une interprétation différente. Il nous a également semblé important de savoir quels filtres culturels les personnes de cultures différentes appliqueraient dans leur analyse. À partir des suppositions énumérées, nous avons formulé notre problématique: les différents contextes culturels influencent-ils l’analyse des images et la formation de leur interprétation ? Si oui, par quoi ?

Après avoir formulé le principe et l’hypothèse, nous avons commencé à rechercher des participant·e·s au groupe de discussion. Nous avons décidé de les chercher parmi des personnes de notre âge et de notre entourage, d’abord pour éliminer les différences d’âge qui pourraient affecter l’interprétation, et ensuite pour créer rapidement une atmosphère de confiance amicale et détendue pendant la session, entre les enquêté·e·s et avec les animatrices. Notre groupe s’est finalement constitué de 5 filles et 2 garçons, dont deux italien.ne.s, un anglais, une russe, une franco-tunisienne, une française et une française polynésienne.

Méthodologie et déroulé de l’entretien:

Une fois la date de l’expérience fixée, nous sommes passées à l’élaboration de la méthodologie et du plan de notre entretien. Il est important de préciser que notre discussion a eu lieu dans un format en ligne sur Zoom, puisque tou·te·s n’étaient pas dans la même ville que nous, et qu’il était plus facile de s’organiser dans les conditions du couvre-feu. 

Au cours de notre discussion, nous avons utilisé la méthodologie apprise lors des séances de co-interprétation d’images pendant le cours. Nous avons divisé notre discussion en 4 étapes : l’analyse, l’interprétation, la contextualisation et l’interprétation finale. L’étape d’analyse a consisté à rassembler les éléments de l’image, d’abord les signifiants, puis les signifiés.  Ils ont servi de base à l’interprétation préliminaire lors de la deuxième étape. Lors de la phase de contextualisation, nous avons donné aux participant·e·s des informations complètes sur notre image et son auteur, afin qu’ils puissent compléter leurs interprétations lors de la phase finale, réalisée à l’écrit. 

Résultats de l’enquête:

Des choses intéressantes sont ressorties dès le début de l’entretien. Sur la deuxième étape, les enquêté.e.s ont commencé par des mots descriptifs: vaccin, CoVid19, bleu ; puis rapidement, interprétatifs : stopmensonge, combattre, complot, clickbate, fakenews, YouTube. D’autres mots-clés relèvent de leurs propres émotions face à l’image : fatigue, irritation, négatif, sick : iels ne sont pas neutres. Le fait que l’image soit montée a encouragé les participant·e·s à chercher des significations. Par exemple, certain·e·s ont vu dans le contour rouge de la main une représentation du vaccin-barrière, d’autres une façon de souligner la raison du scandale. Pour autant, certains éléments qui sautent aux yeux n’ont pas été mentionnés dès le début. Nous pensons que cela est dû au fait que les enquêté.e.s ne pensaient pas à mentionner des choses qui semblaient évidentes, et préféraient se concentrer sur des éléments présentant plus de challenge. Ainsi, iels ont très vite parlé des couleurs de l’image, mais l’aiguille n’a été mentionnée qu’à la toute fin de l’étape.

 Ce qui a tout de suite marqué les participant.e.s est l’aspect « cheap » de l’image, une impression d’amateurisme. Le manque de professionnalisme les a fait douter quant à la légitimité du média derrière l’image. Plusieurs pistes ont été avancées concernant la provenance de cette image : illustration d’un article, post Instagram, affiche de salle d’attente, flyer, début d’une vidéo, annonce de documentaire.

Deux grandes théories sont ressorties des discussions: 1/ une image dans le cadre de la campagne vaccinale qui cherche à attirer les gens pour une vidéo qui va  déconstruire les théories du complot et les polémiques autour du vaccin covid. 2/ une image choc qui sert à générer du clic pour diffuser une théorie complotiste et dissuader les gens de se faire vacciner. Le contexte de l’image étant susceptible de modifier leurs interprétations, nous leur avons demandé leur première interprétation préférée. Sur les 7 enquêté.e.s, 4 se prononçaient pour l’interprétation n°2, et 3 ne se décidaient pas.

Une fois le contexte révélé, et même si aucun ne connaissaient le personnage, les enquêté.e.s ont fait le lien avec les polémiques autour du vaccin. Iels y ont vu la volonté de dissuader, et de jouer avec les doutes de la population, ou une volonté de Philippot de capter l’attention sur lui-même dans un but politique. Une troisième interprétation se dégage alors: c’est une image politique qui profite d’un sujet d’actualité brûlant, pour mettre en valeur le personnage de Florian Philippot.

Finalement, 4 personnes ont choisit l’interprétation 2, 2 personnes l’interprétation 3, et une un mélange 2 et 3. Toutefois, en lisant leurs justifications, on remarque souvent une confusion entre ces deux options. La raison est double : nos hypothèses n’étaient peut-être pas assez claires, mais aussi des liens très forts peuvent être faits entre ces deux interprétations qui ne s’excluent pas forcément. Les filtres culturels avancés pour expliquer leurs choix ne sont pas radicalement différents d’un groupe interprétatif à l’autre. Sont revenus, l’éducation à l’esprit critique (par leur environnement politique – adolescence dans la Tunisie dictatoriale – ou par leurs études supérieures), et l’environnement social (habitudes prises depuis le début de la crise – campagnes vaccinales présentes en Italie comme en France –  famille portée sur le complotisme…). On remarque que beaucoup ont d’abord penché pour la 1e interprétation, toujours à cause de l’environnement social, avant de changer d’avis notamment grâce à leur esprit critique.

Nous pouvons donc conclure que la nationalité n’a que peu à voir, ici, avec l’interprétation d’images autour du complotisme. Nos enquêté.e.s sont parvenu·e·s, à peu de choses près, à la même interprétation finale, car, finalement, iels viennent tou.te.s plus ou moins du même environnement social étudiant et ont un niveau d’études similaire.

La méthode a bien fonctionné grâce à la présentation d’une image originale et construite, et à la composition de notre groupe d’enquête, qui réunissait des personnes à la fois très diverses et très similaires. Nous avons réussi à les mettre assez en confiance pour développer une réelle discussion. Néanmoins, la nature de l’image présentait également des inconvénients : peu d’éléments, une signification non subtile. La visio-conférence du focus groupe a réduit l’aspect convivial du moment et nous a pressées dans sa réalisation, d’où le manque de clarté dans les hypothèses. Nous avons aussi eu des difficultés à faire comprendre les filtres culturels, et sûrement trop focalisé les réflexions sur la nationalité alors qu’elle n’était pas si pertinente.

Laurie David, Yolène Guihard, Dinara Kovaleva

SITOGRAPHIE:

Sources de l’image:

• Chaîne Youtube de Florian Philippot: https://www.youtube.com/channel/UClaa_CwoQEmSo9Mb_M1f91g

• Vidéo “Vaccin, comprendre le scandale! Riposte!” de Florian Philippot, 5/01/2021 : https://www.youtube.com/watch?v=uqB7xT4gvFU&t=542s

Pour comprendre le complot:

Bernard Olivier, “Dans la tête d’un conspirationniste”, Le Pharmachien, 2020: https://lepharmachien.com/conspirations/

Zagdoun Benoît, “Ces Théories du complot qui connectent la 5G et le Coronavirus”, FranceTv.info, 2020: https://www.francetvinfo.fr/sante/ces-theories-du-complot-qui-connectent-la-5g-et-le-coronavirus_3903681.html?fbclid=IwAR2hgC1vGQT4FXLif8NB88w0pN4Y8G_Hh6hOB1dsAN5GLTT38fjtyvDTDHk

Catégories
Articles Enquête

Chine et Etats-Unis : guerre des théories complotistes sur l’origine de la Covid-19

Décrypter et analyser les théories complotistes révélant les tensions géopolitiques et diplomatiques des deux premières puissances mondiales : la Chine et les Etats-Unis.

1 – Notre choix d’enquête

Les théories du complot liées à l’origine de la pandémie de la Covid-19 constituent le sujet au cœur de notre enquête. Nous avons commencé par des recherches larges, de différents pays et de sources variées. Nos résultats étant particulièrement foisonnants, nous avons centré notre investigation sur un axe précis. A travers notre corpus documentaire, nous avons identifié plusieurs tensions entre les Etats-Unis et la Chine. Une théorie en particulier nous a interpellé, expliquant qu’un agent militaire américain aurait importé le virus en Chine. Nous avons, de ce fait, décidé de nous centrer sur ces deux pays.

L’outil Storymap est visuellement intéressant pour schématiser le dialogue entre les deux pays. De plus, une présentation chronologique des informations à l’origine des théories complotistes permet de comprendre les tenants et les aboutissants de cette relation conflictuelle.

2 – Contexte géopolitique

La Chine est régulièrement soupçonnée de corruption par le biais des médias pour manipuler l’information, mentir sur des chiffres officiels ou cacher des données. Le régime communiste au pouvoir en République Populaire de Chine a régulièrement recours à la censure. C’est un argument qui sert d’appui aux Etats-Unis afin de développer des théories complotistes contre celle-ci.

Les Etats-Unis, ne sont pas non plus en reste en ce qui concerne les contre-vérités sur l’actualité. La chaîne Fox News et le réseau social Twitter – notamment à travers le compte de Donald Trump – sont des médias qui ont largement participé à la diffusion de fake news. Bien que le pays ait une grande liberté d’expression, nous pouvons facilement supposer qu’il s’agit d’un terrain propice à la désinformation tant les voix peuvent être contradictoires et les informations approximatives.

Ces théories sont accentuées par les dirigeants politiques. Les présidents chinois et américain tiennent un discours accusateur l’un envers l’autre. De ce fait, les populations entendent des diffamations relayées également par les médias. Ces derniers jouent un rôle de tribune important pour les hommes politiques. Nous pouvons assimiler partiellement ces logiques d’actions au  culte de la personnalité. Donald Trump contribue à former un mouvement xénophobe envers la population asiatique à travers son discours.

3 – Les théories

Une des premières théories américaines contre la Chine, est celle de la création du virus dans un laboratoire à Wuhan. Ces propos sont accentués par Donald Trump qui emploie le terme de “virus chinois”. Le fait qu’il associe le virus au “chinois”, vise directement le pays qui serait, ainsi, responsable de cette maladie. De plus, la place de Donald Trump à la tête du pays légitimait son propos. Ce phénomène est comparable à ce qu’explicite Max Weber sous le terme de légitimité par la domination charismatique. Selon le sociologue dans les Fondements de l’autorité, la “domination charismatique, la légitimité vient du prestige social attribué ou l’héroïsme reconnu à un individu ou une institution”.

De son côté la Chine est accusée depuis des années – et déjà en 2003 avec la polémique autour du SRAS (cf. slide 2) – de cacher des informations. Cela rappelle l’effet Streisand, phénomène médiatique “au cours duquel la volonté d’empêcher la divulgation d’informations que l’on aimerait garder cachées – qu’il s’agisse de simples rumeurs ou de faits véridiques – déclenche le résultat inverse. Par ses efforts, la victime de l’effet Streisand encourage malgré elle l’exposition d’une publication qu’elle souhaitait voir ignorée”. La Chine, en ne dévoilant pas d’emblée certaines informations, n’a fait qu’augmenter la médiatisation du virus et des théories sur son origine.

La population se met alors à mésinterpréter. Une fois la théorie complotiste lancée, l’effet de groupe crée une croyance commune. Dans un article de France Info, nous trouvons des théories telle que: “Ce coronavirus, c’est sans doute un coup des communistes chinois ! Ils ont fabriqué une bombe bactériologique !”. Cette thèse est soutenue par la virologue Li-Meng Yan à la télévision américaine. Son témoignage donne de l’ampleur à la rumeur, mais en réalité, elle est une partisane de Trump (cf. slide 6).

Comme l’indique notre Storymap, la Chine et les Etats-Unis n’ont cessé de se renvoyer la balle sur l’origine du virus. Les politiciens ont créé nombre de théories complotistes, avec l’appui des médias, alimentant le conflit entre les deux puissances.

4 – Conclusion

Entre informations et désinformations, il est nécessaire d’inciter la population à s’interroger sur le bien-fondé de ces diverses théories admises par une majorité. Les médias sont alimentés par toutes les hypothèses qui émergent, les alimentant à leur tour. Cela crée un effet boule de neige et donne de la légitimité aux théories. 

Aujourd’hui, ce ne sont plus seulement les origines du virus qui font l’objet de théories complotistes, mais celles liées au vaccin.

Sources

  • Coronavirus un tweet de Trump indigne la Chine, 16 mars 2020 sur lapresse.ca : URL
  • Coronavirus : Etats-Unis accusent la Chine de semer des rumeurs dur l’origine du Covid-19, publié le 17 mars 2020 sur 20minutes.fr : URL
  • Géopolitique : Les Etats-Unis aux yeux de la Chine : un rival à détrôner et un partenaire, publié sur Franceculture.fr : URL
  • L’histoire de la propagande chinoise sur Twitter pendant l’épidémie du Covid-19, 31 mars 2020 publié sur Siecledigital.fr : URL
  • Le coronavirus vient-il du laboratoire P4 de Wuhan : les Etats-Unis enquêtent, 17 avril 2020 publié sur Ladepeche.fr : URL
  • Que sait-on de la virologue Li Meng Yan qui affirme que le covid-19 vient d’un laboratoire de Wuhan, 17 septembre 2020 publié sur liberation.fr : URL
  • Conspiration autour d’un laboratoire à Wuhan : tous les chemins mènent à Steve Bannon, 17 septembre 2020 publié sur france24.com : URL
  • L’épidémie du SRAS plus de peur que de mal, 12 décembre 2020 publié sur jasminepatenaude.wordpress.com : URL
  • Covid-19 : l’OMS en mission en Chine pour enquêter sur l’origine de la pandémie, 17 décembre 2020 publié sur lindependant.fr : URL
  • Le coronavirus a pu être “apporté” à Wuhan par l’armée américaine, selon cet officiel chinois, 13 Mars 2020 publié sur Huffigtonpost.fr URL
  • Enquête de l’OMS à Wuhan : l’animal à l’origine du coronavirus pas encore identifié, 2 septembre 2021 publié sur france24.com : URL
  • Podcast de Lucas Sarafian, étudiant en école de journalisme, présenté au journal Libération.

Léa Piget, Leslie Antoine, Clara Bidard de la Noë

Catégories
Articles Co-interprétation

Précarité étudiante en période de covid-19 : “c’est surtout à cause de la situation actuelle qu’ils manifestent !”

MANIFESTATION ÉTUDIANTS FANTÔMES PARIS – 20/01/2021 – © Piotrovski Kevin

Méthodologie 

Dans le cadre d’une enquête portant sur l’interprétation d’images chocs en temps de crise sanitaire, nous avons choisi de nous intéresser à un sujet d’envergure qui mobilise l’opinion et les controverses d’un grand nombre de personnes, concernées ou non par les répercussions. Ainsi, notre image est issue d’une manifestation datée du 20 janvier 2021 sur les étudiants dits fantômes. Parmi une large sélection d’images du jeune photographe Kevin Piotrovski, nous nous sommes intéressées à une photographie permettant d’identifier plusieurs éléments : médias, textes, revendications, syndicats, âges des manifestants, expressions, couleurs. La pluralité d’informations permettra d’autant plus à nos enquêtés d’émettre une lecture diverse. Par ailleurs, il nous est apparu important que l’auteur de ces clichés soit également jeune. 

Pour réaliser cette analyse, deux focus groupe ont été menés, chacun d’eux représentant une catégorie d’âge bien déterminée. Au vue de la crise sanitaire nous avons choisi d’adapter nos focus groupe au format visioconférence. De cette manière ont été interrogées la génération Z (6 lycéens) d’un côté et 6 personnes de la génération X (nées dans les années 60/70) de l’autre. Nous avons choisi ces deux groupes d’enquêtés afin de confronter leurs opinions et visions de l’image au regard de leur âge. Ainsi, il nous semblait pertinent d’interroger des lycéens, à l’aune de leur entrée dans le monde des études supérieures. Il nous est aussi apparu intéressant de confronter leurs visions de l’image avec celles des enquêtés plus âgés, ayant grandi dans le sillage des années de mai 1968. 

Concernant la méthodologie, il a été demandé à chaque personne composant les groupes de définir avec trois mots clés l’image proposée. Ces mêmes personnes nous ont ensuite décrit des éléments présents sur la photographie et les ont assimilés à des significations. Afin de rendre la lecture et la discussion entre les enquêtés plus claires, nous avons répertorié tout cela dans un tableau signifiants/signifiés diffusé en direct. A la suite de ces discussions analytiques, des hypothèses de lecture ont émané. Dans chacun des cas, trois hypothèses ont été établies et chaque participant s’est identifié à l’une d’entre elles, tout en expliquant quels filtres interprétatifs il/elle avait mobilisé en se positionnant sur cette hypothèse. 

Résultats 

Cette image choc vous évoque-t-elle quelque chose ? Tout d’abord, une image-choc, c’est une image qui interpelle, qui va susciter un vif intérêt, voire des controverses. La photographie issue de la série “étudiants fantômes” interroge les répercussions de la crise sanitaire sur le monde étudiant. En effet, celle-ci a été capturée lors d’une manifestation étudiante le 21 janvier 2021 afin de dénoncer la précarité des étudiants et des conséquences de la covid-19 sur leur situation estudiantine. 

Il est intéressant de constater que malgré la différence d’âge entre nos deux groupes d’enquêtés, la réflexion reste la même : les étudiants sont les grands oubliés de cette crise sanitaire. On remarque aisément que les interprétations entre les deux groupes d’enquêtés sont très proches. 

Une image : trois mots ! 

Pour les plus âgés les trois mots clés qui sont ressortis sont : manifestation, étudiants et précarité. Assez rapidement, tous ont remarqué les hauts parleurs, les jeunes personnes regroupées affichant un air de colère ainsi que les banderoles et pancartes aux slogans frappants. Les masques font aussi partie intégrante de cette image, ce qui l’inscrit facilement dans la période actuelle de la crise de la covid-19. Plus proches de ce groupe de manifestants et en alerte quant à leur avenir, les lycéens, âgés de 16 à 17 ans, ont dégagé des mots-clés plus engageants tels que “détresse”, “liberté d’expression” et “jeunesse”. Il est intéressant d’observer le contraste de choix des mots clés entre les deux groupes. En effet, la première série de mots-clés semble dénoncer le gouvernement et a une dimension politique, puisqu’en lien avec l’actualité récente. Pour le groupe des lycéens, l’idée générale qui émane de ces mots clés est la crainte. Tous remarquent la position de force des étudiants sur cette photo par leur attroupement et leur mine déterminée. Les banderoles suscitent un large intérêt et sont sources d’interprétations étonnantes et intéressantes, “cela montre qu’ils veulent de la visibilité car ce sont des étudiants et qu’ils sont invisibles pendant cette période de crise !”.

Vous voyez ce que je vois ? 

 Pour la suite de notre travail avec les enquêtés, nous avons mis en place un tableau regroupant les objets et les interprétations du groupe. Les enquêtés des deux groupes ont aisément identifié la situation de manifestation en repérant en premier lieu un rassemblement avec des pancartes, des drapeaux, un mégaphone, un microphone, et un photographe. L’âge des sujets a été identifié aussi rapidement. Alors que le port du masque signifiait simplement l’inscription dans un contexte sanitaire pour le groupe adulte, pour les plus jeunes, cela montre surtout la volonté des étudiants de se regrouper malgré la crise et la potentielle barrière générée par le port du masque. Il est intéressant de notifier le rapport à la loi et la notion de respect qui émane du groupe senior : selon eux, le masque signifie aussi le respect des mesures sanitaires et prouve la fiabilité des jeunes. Pour les deux groupes d’enquêtés, les haut-parleurs, enceintes et mégaphones présents sur la composition photographique insistent sur la volonté de se faire entendre. De plus, l’architecture du bâtiment en arrière-plan évoque un établissement institutionnel tel une préfecture ou bien un ministère, et entre en relation directe avec l’État, comme une sorte de confrontation. Les pancartes et banderoles ont également retenu l’attention des deux groupes d’enquêtés. En effet, l’inscription  “Macron, Vidal, crachez la thune” marque, pour le premier groupe, la colère des jeunes contre le président français qui ne semble pas tenir ses promesses. La manifestation est donc orientée en direction du gouvernement. Ce qui retient l’attention des lycéens est la pancarte “la vie d’un étudiant ne doit pas finir au cimetière”, qui rappelle les suicides récents et la solitude des étudiants et permet d’accentuer la gravité de la situation. Selon les plus jeunes, les pancartes permettent dans les deux groupes la dénonciation de la précarité des étudiants “sans moyens “ et la déception des étudiants. L’inscription “2020” souligne que cela perdure, que cela fait longtemps qu’ils attendent le changement. Le covid a déclenché les manifestations et leur évoque un appel à l’aide. 

“On a peur pour l’avenir”

dit Sybile, 18 ans. 

Les drapeaux des différents syndicats (NPA, UNEF, jeunes communistes, France insoumise) brandis par les étudiants rappellent au sein des deux groupes une dimension politique, notamment avec les drapeaux communistes, repérables à leur couleur rouge. Selon les lycéens, cela permet d’associer les voix de tous les étudiants et souligne leur engagement politique. 

 “Les étudiants en ont marre, ils ont besoin de leur travail ! C’est une situation économique non viable : ils ont besoin de plus de moyens de la part de l’État !”

dit Claude, 64 ans

A propos des caractéristiques des personnes au cœur de la manifestation, les groupes d’enquêtés ont tous les deux notifié le port de manteaux. Ils l’expliquent comme une volonté de manifester malgré le froid, de sortir du confort pour défendre ses droits. Le fait qu’il fasse jour évoque aussi une mise entre parenthèses de leur travail pour revendiquer leurs droits. Selon le groupe senior, les étudiants veulent retourner en cours quoi qu’il en coûte et obtenir plus de droits. Le groupe 1 évoque le fait que certains paraissent plus vieux que des étudiants et que ces derniers sont potentiellement soutenus par le corps enseignant. Il est intéressant de constater que ce même groupe notifie la large présence féminine sur la photographie et l’interprète comme le fait que les femmes s’imposent de plus en plus dans la sphère publique et politique. Selon eux, il est aussi nécessaire de souligner la surreprésentation de personnes à la peau blanche. Enfin, les regards emplis de colère s’apparente pour le groupe des seniors à une défiance du pouvoir. De plus, la présence d’un photographe sans brassard a aussi intrigué le groupe senior, pour eux, il s’agit soit d’un journaliste amateur soit d’un journaliste voulant se fondre dans la masse. Pour conclure, les groupes d’enquêtés en sont venus à dire que les étudiants manifestent contre la précarité étudiante à la suite de la covid-19 et réclament des moyens. Ils en ont marre de la situation actuelle, qui a dépassé les limites de l’acceptable. Ils veulent retourner aux cours en présentiel, et obtenir plus de droits.

Et pour vous, ça signifie quoi ? 

Ces discussions ont généré des hypothèses de lecture. Pour le groupe des seniors, trois hypothèses sont ressorties : 

  • Hypothèse 1 : “Image qui dénonce la gravité de la situation actuelle pour les étudiants”
  • Hypothèse 2 : “Image politique : contre le pouvoir mis en place et l’oubli des étudiants en période de crise sanitaire”
  • Hypothèse 3 : “Image de manifestation étudiante : colère et peur face à l’oubli des étudiants qui se retrouvent en précarité”

Les trois hypothèses se regroupent mais la plupart des enquêtés s’accordent pour l’hypothèse 1, à savoir, “ l’image qui dénonce la gravité de la situation actuelle pour les étudiants”, qui engage des filtres interprétatifs médiatiques, politiques et personnels. Tous ont eu recours au filtre interprétatif personnel pour cause d’enfant à charge en études supérieures et donc grandement impliqués dans cette crise. 

En ce qui concerne le groupe des lycéens, voici les hypothèses que nous avons établi à la suite de leur discussion : 

  • Hypothèse 1 : “Image qui dénonce la gravité de la crise pour les étudiants”
  • Hypothèse 2 : “Manifestation étudiante pour être visible”
  • Hypothèse 3 : “Manifestation comme forme de sociabilisation et de réunification  pour les étudiants” 

Les lycéens se sont identifiés à l’hypothèse 1 et à l’hypothèse 2. Dans les deux cas, les savoirs mobilisés sont les savoirs médiatiques, d’actualité ainsi que personnels car il s’agit aussi d’une situation qui a été vécue par ces lycéens lors du premier confinement par le biais des enseignements à distance. Par ailleurs, la photographie concerne directement leur avenir. Ceux-ci sont donc à même de comprendre parfaitement la situation dans laquelle sont les jeunes en études supérieures. L’actualité a montré que la vie sociale des étudiants s’était retrouvée largement impactée à cause des enseignements à distance. Ainsi, ils ont également émis l’idée imprévue que ce regroupement pouvait apparaître comme une forme de sociabilisation, car ils ne se voient plus à cause des enseignements en distanciel.  

FREMONT Isaure, RICADAT Domitille, TOROSSIAN Astrig

Sources

Sitographie pour les articles en lignes 

MARCHAL Marie- Amélie, VIDÉOS. Manifestation des étudiants fantômes à Paris : “Il ne me reste plus que les cours”, Actu Paris, 20 janvier 2021, URL : https://actu.fr/ile-de-france/paris_75056/videos-manifestation-des-etudiants-fantomes-a-paris-il-ne-me-reste-plus-que-les-cours_38859071.html

QUEVRAIN Caroline, À Paris, les “étudiants fantômes” se manifestent pour la réouverture des facs, LCI, 20 janvier 2021, URL : https://www.lci.fr/societe/a-paris-les-etudiants-fantomes-se-manifestent-pour-la-reouverture-des-facs-2176094.html

ROCHER Clément, Le mouvement “Étudiants fantômes” veut faire entendre sa voix auprès du Gouvernement, l’Étudiant, 20 Janvier 2021, URL : https://www.letudiant.fr/etudes/le-mouvement-etudiants-fantomes-veut-faire-entendre-sa-voix-aupres-du-gouvernement.html

Sitographie pour la photographie

PIOTROWSKI Kevin, MANIFESTATION ÉTUDIANTS FANTÔMES PARIS, 20 Janvier 2021, PIOTROVSKI PHOTOGRAPHY, URL : https://piotrovski.myportfolio.com/manifestation-etudiants-fantomes-paris-20012020

Sitographie pour la définition d’une image choc 

Ortolang, Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, définition de “choc”, URL : https://www.cnrtl.fr/definition/choc

Catégories
Articles Co-interprétation

“La secte des masques”

Interprétations d’une image d’actualité : une manifestation anti-masques
Résultats d’une enquête menée auprès de jeunes de moins de 25 ans

Dans le cadre du Master Culture et Communication, et plus particulièrement de l’enseignement “Culture et Image” dirigé par Sébastien Appiotti, nous avons réalisé au mois de février 2021, un focus groupe portant sur l’analyse d’une image choc d’actualité.

Alors que nous avons accès chaque jour à des centaines d’images, nous avons proposé à un groupe de personnes de moins de 30 ans de se concentrer pendant une heure au décryptage d’une seule image. Cette heure de discussion était l’occasion de permettre à un groupe de jeunes de prendre du recul sur leur rapport aux images, de mettre en avant leur esprit critique et leur capacité d’analyse mais aussi de questionner leurs propres biais d’interprétations. Le choix de ce panel d’enquêtés n’est donc évidemment pas anodin. Il nous semblait particulièrement intéressant d’interroger un public qui consomme des images en ligne de manière quotidienne. Par ailleurs, les étudiants sont aujourd’hui touchés par la crise de la Covid-19 d’une manière singulière, ce qui affecte évidemment leurs perceptions et analyses d’une telle image.


Ainsi, ce focus-groupe visait à répondre à cette question :

Quel rapport les jeunes entretiennent-ils aux images d’actualité ?

I- MÉTHODE DE CO-INTERPRÉTATION

Afin d’obtenir un point de vue de jeunes sur les manifestations anti-masques en France, nous avons réalisé un focus groupe de co-interprétation d’une image réunissant six personnes : quatre femmes, deux hommes, entre 21 et 27 ans dont quatre étudiants et deux personnes à la recherche d’un emploi. L’une des interviewés vit depuis cinq ans en Allemagne. Nous étions nous-même trois animatrices. Ce focus groupe a duré une heure en visioconférence le 25 février 2021. Il s’est déroulé en trois temps et un diaporama accompagnait nos questions. 

Après nous être présenté aux interviewés et avoir rappelé le but de cet échange, ainsi que leur anonymat, nous leur avons expliqué le déroulement de l’analyse de l’image, et avons transféré un document partagé afin de suivre les différentes analyses de tous. Puis avons présenté l’image préalablement choisie à analyser et leur avons demandé de lui associer un mot clef par personne. 

Dans un second temps, nous leur avons présenté la définition du signifiant et du signifié selon Ferdinand de Saussure, puis selon Roland Barthes, que nous avons illustré par deux exemples : l’affiche Panzani et la photographie représentant la vaccination d’Olivier Véran contre la Covid-19.

Les interviewés ont ensuite cherché les signifiants et les signifiés présents dans l’image que nous avions choisie. L’échange s’est révélé dynamique et très intéressant ; nous les avons relancés sur certains détails de l’image mis de côté et les avons poussés à approfondir leur réflexion. De plus, nous les avons interrogés sur les zones de l’image qui les ont marqués en premier. 

Enfin, dans un troisième temps, ce sont leurs filtres interprétatifs qui ont été interrogés au regard de leurs précédentes remarques. Nous avons d’abord présenté l’image seule. En la présentant ensuite dans un média et légendée, nous souhaitions savoir si les interviewés modifiaient leur interprétation de l’image. 

Tous les intervenants se sont facilement prêtés au jeu : les échanges ont été très constructifs et ont donné lieu à des rebondissements entre les différentes prises de parole. 

II- RÉSULTATS : LES INTERPRÉTATIONS

Première étape : les premières impressions 

Notre première question concernait la réaction des interviewés face à l’image en un mot. Les mots retenus par le groupe sont donc : manifestation, Covid, complot, secte, plainte, ras-le-bol, aberrant, quadragénaire. 

Deuxième étape : Signifiant/signifié 

Le premier signifiant à avoir été abordé est le masque, mais les signifiés correspondants ont été divers. Plusieurs notent un manque de clarté de l’objet de cette manifestation, puisque certains portent un masque et d’autres non. Par ailleurs, cette question du port du masque a créé une réflexion parmi les enquêtés qui se sont alors interrogés sur la période à laquelle cette photographie a été prise, et donc sur les mesures sanitaires alors en vigueur.

Les pancartes et leurs inscriptions ont aussi été sources de diverses analyses. Ainsi, plusieurs enquêtées ont décortiqué le sens des mots. Par exemple, selon L., les mots secte et mensonge sont connotés négativement et évoquent une forme de colère, de frustration. Par ailleurs, L. et C. ajoutent que les signes de diable et le doigt d’honneur sont forts et évoquent l’idée de complot. Pour C., cela rappelle le mouvement QAnon aux États-Unis, d’autant plus que la pancarte état profond entre en écho avec la formule “deep state”, et que les manifestants sont peu nombreux ce qui permet de penser que leur mouvement est minoritaire. 

Une enquêtée rebondit alors : “Ils parlent de secte alors qu’ils sont une dizaine. Pour moi, la secte c’est un petit groupe qui s’oppose à la majorité et là, c’est plutôt l’inverse.”. 

Une enquêtée note les regards des manifestants et en déduit que “ce qui se passe n’est pas sur l’image”. En effet, en observant les regards et les positions corporelles des manifestants, plusieurs imaginent qu’ils écoutent un discours, que nous ne pouvons pas voir sur la photo. 

Le groupe remarque que les manifestants sont plutôt des trentenaires et des quarantenaires, et qu’il n’y pas de très jeunes. Certains parlent alors de “boomers”, quand d’autres s’interrogent sur leurs politisations et leurs rapports aux informations. 

Ensuite, nous avons demandé au groupe de nous parler de leur lecture de l’image et des zones qui avaient attiré leurs regards en premier. F. a analysé l’image du premier au troisième plan et y suppose une intention du photographe de donner accès à la scène dans son entièreté : des manifestants au premier plan, à l’encadrement des forces de l’ordre mis en place par l’État au troisième plan. 

Finalement, quand nous avons questionné le groupe sur les possibles références avec lesquelles cette image peut entrer en résonance, ils ont au contraire évoqué la différence de cette image avec les photographies de manifestations qu’ils ont l’habitude de voir.  Ils remarquent alors que les forces de l’ordre tout comme les manifestants sont immobiles, ce qui permet de penser qu’il n’y a pas de violences physiques. Par ailleurs, P. observe que les bouches des manifestants sont fermées, et il en déduit qu’ils ne crient pas ou ne chantent pas. 

Pour conclure cette deuxième partie, le groupe s’est mis d’accord sur une hypothèse d’interprétation de l’image. Selon eux, après environ 40 minutes d’échanges, cette photographie représente un “rassemblement de complotistes peu nombreux et statiques dans un parc durant l’été 2020“. 

Troisième étape : Filtres interprétatifs 

Pour finir, nous avons amené les enquêtés à réfléchir à leurs propres filtres interprétatifs, autrement dit à tout ce qui les a poussé à connoter les signes d’une certaine manière : leurs motivations politiques et sociales, systèmes de croyances et d’appartenance, expériences personnelles et professionnelles, souvenirs ou encore traumas. 

F. qui avait analysé l’image en trois plans a donc évoqué son intérêt pour le cinéma, mais aussi pour les mouvements sociaux en France. Il a notamment beaucoup visionné de contenus sur les réseaux sociaux et médias indépendants portant sur les mouvements Gilet jaunes ou plus récemment l’opposition à la loi sécurité globale. Ce filtre militant l’a amené à comparer l’image analysée aux images de différentes manifestations et donc à qualifier celle-ci de très calme et avec peu d’impact.

L., C. et P. ne se reconnaissent pas dans le filtre militant mais évoquent tout de même leurs connaissances d’images de manifestations diverses et notamment à travers leur usage important de Twitter, mais aussi le fait qu’elles vivent à Paris. Il s’agit alors de filtres médiatiques et géographiques.

ces slogans-là, on a l’habitude de les voir en top-tweet…mais ici la manifestation a l’air très marginal”.

L. rejoint C. et ajoute que les complotistes sont nombreux sur Twitter puisqu’ils peuvent diffuser leurs messages facilement et sans que leurs sources soient vérifiées. Par ces remarques, les enquêtés mettent en lumière la nécessité de prendre du recul sur les informations véhiculées par les réseaux sociaux, et notamment l’importance du travail journalistique et de vérification des sources. 

Nous avons alors demandé aux enquêtés de s’interroger sur la provenance de cette photographie, concernant son média de publication. Le groupe opte plutôt pour un journal en ligne, qui n’adhère pas aux théories complotistes voire qui souhaiterait les “tourner en dérision” :  “même si les slogans sont forts, la photo n’a rien d’alarmant”, “on a vraiment l’impression de marginalité”. 

Nous avons donc fini par leur révéler cette publication par France Culture, pour un sujet portant sur les anti-masques des États-Unis à la France. 

Grâce à la légende “entre 200 et 300 anti-masques se sont rassemblées à Paris le 29 août”, le groupe d’enquêtés affirme l’hypothèse que le média souhaite ici les “tourner en dérision” puisque sans cette légende ils semblent être beaucoup moins nombreux.  

Ce focus groupe s’est donc terminé, comme prévu, après une heure d’échanges rythmés et très intéressants. Néanmoins, notre enquête a bien sûr plusieurs limites. Tout d’abord, nous n’avions que six enquêtés, ce qui, a posteriori, nous semble assez peu, d’autant plus que nous étions toutes les trois présentes. De plus, avec du recul, nous aurions souhaité avoir un panel d’enquêtés plus hétérogène. En effet, tous avaient plus ou moins la même sensibilité politique, c’est-à-dire des opinions de gauche. Ils étaient tous diplômés de l’enseignement supérieur et avaient déjà des connaissances en communication, en sémiologie ou en analyse de l’image. Pour finir, il y avait une majorité de femmes, quatre femmes pour deux hommes, et elles ont bien plus pris la parole. Donc, avec plus de temps et du recul, nous aurions aimé accéder à des participants différents. Nous pensons par exemple qu’il aurait été intéressant de faire analyser et interpréter cette image à des sympathisants des mouvements anti-masques ou anti-vaccins, ou encore à des personnes qui se reconnaissent dans les théories complotistes qui circulent aujourd’hui en France. Ainsi, nous aurions pu confronter les interprétations des enquêtés. Pour conclure, l’organisation et la tenue de ce focus groupe se sont révélées très stimulantes, néanmoins, par manque de temps et dans les conditions actuelles, ses résultats illustrent un point de vue unique puisque nos enquêtés ont constamment convergé vers les mêmes interprétations. 

Nous remercions, encore une fois, très sincèrement tous les participants pour leur disponibilité et leur réactivité. 

Bibliographie

Catégories
Uncategorized

Culture et image (work in progress)

Ce carnet a pour objectif de rendre compte des enquêtes menées par les étudiant·e·s du M1 Culture et communication, parcours Arts et techniques des publics, de l’université d’Avignon.


Créé dans le cadre du cours « Culture et image », ce carnet s’inscrit dans un partenariat avec le projet de recherche-formation « Interpréter les images chocs en temps de crise sanitaire », piloté par l’université de Lorraine / l’Inspé Lorraine, et subventionné par le ministère de la Culture. Dans une perspective critique d’éducation aux médias et à l’information, les enquêtes présentées par les étudiant·e·s dans ce carnet visent à présenter différents outils de décryptage des infox, d’analyse d’images circulantes dans les arènes médiatiques et rendront compte également de mécanisme d’influence en jeu (circulation des images, diffusion de thèses dites « complotistes » ou « séparatistes »).

Ce carnet vise à donner des clés de compréhension de certaines images circulant massivement en ligne, notamment sur les réseaux socio-numériques, et visent à favoriser une meilleure compréhension de la fabrique comme de l’interprétation de ces images, dans un contexte de défiance à l’égard des médias et du travail journalistique.